L’orthodontie chez les enfants

L’orthodontie chez les enfants

Lorsque l’on parle de traitement orthodontique, on pense souvent aux adolescents et cette période ingrate du port des bagues. Mais le plus souvent, les malocclusions traitées à l’adolescence auraient pu être prévenues dès l’enfance !

Il est vrai qu’en général, les dents de lait d’un enfant sont correctement alignées et ne suscitent pas l’inquiétude des parents, qui commencent à se préoccuper des problèmes dentaires à la sortie des dents définitives de leur progéniture. Toutefois, un suivi chez le dentiste dès l’âge de 2 ans est plus que nécessaire, ne serait-ce que pour prévenir les caries. De nos jours, tous les parents savent que lorsqu’un enfant suce son pouce, ou garde sa tétine, cela peut engendrer des défauts d’occlusion, comme une déformation du palais, une avancée des dents trop importantes etc.

Malgré leur connaissance de ces problèmes, beaucoup de parents attendent tout de même un certain nombre d’années avant d’avoir recours à l’orthodontie. Ils n’ont pas forcément tort : parfois, au fur et à mesure de la croissance de l’enfant, la dentition se replace toute seule… mais rarement parfaitement alignée.

Les premiers signes de malocclusion apparaissent souvent entre 6 et 8 ans, lorsque les incisives permanentes poussent. À cet âge là, la bouche de l’enfant est souvent encore trop petite pour accueillir ces dents définitives, et celles-ci prennent donc trop de place et peuvent perturber la mâchoire. Puis, à la pré-adolescence, entre 11 et 14 ans, les canines poussent à leur tour et se retrouvent mal alignées, tournées, ou trop hautes… car elles non plus n’ont pas la place nécessaire pour pousser correctement. Dans certains cas cependant, il est parfois nécessaire d’attendre que toutes les dents définitives soient sorties pour que le traitement orthodontique soit efficace. Mais la plupart du temps, un traitement « précoce » est en fait très important et peut permettre à toutes les dents de bien se développer, et donc d’éviter le port des bagues ou d’un appareil à l’adolescence… Vous l’aurez compris, une visite chez l’orthodontiste dès l’âge de 6 ans (ou même plus tôt!) apparaît donc comme impérative si l’on veut que son enfant évite de nombreux désagréments plus tard. Le plus tôt la malocclusion sera traitée, le mieux cela sera.

Un traitement sur un enfant est de plus beaucoup plus efficace que sur un adulte : les os de la mâchoire d’un enfant sont souples et malléables, et permettent donc un redressement plus rapide et plus simple.

Plusieurs solutions existent pour corriger une malocclusion sur un enfant : l’extraction de dents de laits ou même de dents définitives pour faire plus de place et permettre le bon positionnement des dents les plus importantes, ou le port d’un appareil de nuit pour corriger des dents trop en avant, ou encore le port d’un faux palais pour laisser à la langue la place nécessaire pour son travail.

Si l’on est très prévenant, on peut aussi choisir d’avoir recours à l’orthodontie précoce, qui s’effectue dès l’âge de 3 ans. Eh oui, les pathologies traitées à l’adolescence sont souvent déjà existantes à cet âge là. Sur un enfant si jeune, le spécialiste va alors corriger non la dentition, mais la forme de la mâchoire, qui s’est mal développée à cause de la succion du pouce, de la tétine ou du biberon.

Alors dans tout ça, quel est le rôle des parents ? Tout d’abord, il faut parvenir à stopper la mauvaise habitude du pouce. Cela peut se faire via un remplacement, par une sucette physiologique par exemple, qui sera plus facile à arrêter. Les parents doivent également bien observer leur enfant lorsqu’il parle, mange ou déglutit. A t-il un cheveu sur la langue persistant ?

Respire t-il trop souvent par la bouche ? La consultation chez le dentiste est là encore impérative pour comprendre d’où viennent ces problèmes.

Veillez également à la bonne santé dentaire de vos enfants, avec un apport de fluor à l’émail par exemple. Pour finir, si un port d’appareil est nécessaire pour l’enfant, le plus important sera de s’assurer qu’il comprenne aussi bien que vous cette nécessité.


Les commentaires sont clos.